15/11/2013

* Introduction ...

De fil en aiguille, ou au ''Fil de la Plume'', c'est selon, après avoir étudié les plumes  métalliques belges par le biais de trois ouvrages (Le Mystère de la Plume Ballon, L’Epopée de la plume métallique en Belgique et Mille et une plumes belges) pourquoi ne pas élargir le champ des objets d’écriture belges – ou réalisés pour la Belgique – en s’attardant aux stylos ou porteplume à réservoir (PPR) et aux encres ?

La littérature qui aborde le sujet est très timide, et à ma connaissance, aucun ouvrage ou site n’y a été consacré. Nous allons tenter d'y remédier.  Nous, car les colonnes de ce blog sont ouvertes à tous, via les commentaires où vous avez un accès direct, et par les articles accompagnés de photos que vous pourrez m’envoyer via la rubrique ‘’me contacter’’, en haut de page.

Le blog que vous consultez en ce moment n'est sans doute qu'un pâle reflet du domaine du stylo en Belgique au 20° siècle. Illustré principalement par les spécimens de ma collection et d'autres vus sur la toile, la baie, etc., il manque cruellement de références : catalogues, listes de prix, de revendeurs...

Je m'entretenais dernièrement avec une dame dont les aïeux étaient papetiers de père en fils dans le Hainaut belge, et ce depuis 1920. Elle m'avouait, à mon grand dam, que très récemment, confrontée à la cessation des activités de son père, elle n'avait, faute de place, rien pu garder de sa "paperasserie" ... Imaginez ce que près de 100 ans d'archives auraient pu fournir comme informations. J'en fait encore des cauchemars...

Il en est malheureusement ainsi pour bon nombre de collections, dont les objets sont conservés jalousement, mais pour lesquels l'histoire reste une énigme. Le dicton "Les paroles s'envolent, les écrits restent" n'est plus guère d'actualité.

Certes, de grandes marques ont laissé leur empreinte. Bouhon et Pelletier, par exemple, mêmes si leurs activités ont évolué au fil des temps sont des marques actuelles connues, pour autant que l'on s'intéresse quelque peu au domaine de l'écriture. Mais que savons-nous de leur histoire ? Et que dire d'un nom prestigieux comme Le Tigre, qui de 1918 à 1980 a tenu le haut du pavé dans le domaine du stylo des écoliers, étudiants, hommes d'affaires... et pour lequel on ne trouve sur le net que quelques entrefilets ?

J’invite donc tous les passionnés qui seraient en mesure de combler ces lacunes à participer au projet.

J'invite aussi, en toute modestie, les descendants de ces marques laissées dans l'oubli à me contacter pour rendre à leurs ancêtres leurs lettres de noblesse et par la même occasion ravir les collectionneurs avides de détails historiques. 

Je me vois bien, autour d'une bonne table, deviser avec les Kintz, Bouhon, Pelletier, et autres grands noms...

I have a dream ...
















































































































* Le Tigre 106 à 135

N° 110 Baby

  • Marbré vert/noir @

    Le Tigre N° 110 marbré vert Baby.jpg


98 mm. CS sur agrafe et levier (dorés). Une bague (or) sur capuchon. Gravé sur corps : logo Le Tigre-Baby logo * MADE BY CONWAY STEWART LONDON * MADE IN ENGLAND.

  • Marbré bleu/noir

    Le Tigre N° 110 Baby.jpg

(source DW)

 

  • Noir @

    Le Tigre N° 110 Black Vulcanite Baby.jpg

     

    Le Tigre Baby N° 110 noir.jpg


102 mm. CS sur agrafe et levier (dorés). Une bague (or) sur capuchon. Gravé sur corps : logo Le Tigre-Baby logo * MADE BY CONWAY STEWART LONDON * N° 110 * MADE IN ENGLAND.

N° 111 Baby

  • Marbré bleu/noir @

    Le Tigre N° 111 Baby.jpg

102 mm. CS sur agrafe et levier (dorés). Une bague (or) sur capuchon. Gravé sur corps : logo Le Tigre-Baby logo * MADE BY CONWAY STEWART LONDON * MADE IN ENGLAND. Vendu en "parure" avec le portemine N° 41.

Le Tigre N° 41.jpg


  • Marbré bordeaux (vu sur la toile)

    Le Tigre 111 et pencil 41.jpg

Le Tigre N° 111 burgundi.jpg

  • Marbré vert/noir (source DW)

 

Le Tigre N° 111.jpg

(avec porte mine N° 41) Equivalent au CS Dinkie 550.

N° 112

 

  • Marbré bleu/pourpre/or/noir (J.Van Putten)

    Le Tigre N° 112.jpg

Similaire au N° 111 mais large bague au capuchon. "Parure" avec portemine N° 42. Source DW.

N° 120

  • Noir @

Le Tigre N° 120.jpg

Le plus imposant des Le Tigre, "façon Montblanc". 140 mm. Agrafe et levier (or) gravés CS. Trois bagues sur capuchon, la médiane très large. Gravé sur corps : logo "Le Tigre" logo * MADE BY CONWAY STEWART.LONDON * N° 120 * MADE IN ENGLAND. Plume or gravée "Le Tigre"* 14 CT * 1ST QUALITY.Equivalent au CS 100.

  • Bordeaux

    Le Tigre N° 120 bourgogne.jpg

Source DW.

Le Tigre N° 120 (3).jpg

 Source DW.

N° 132 M

  • Mottled vulcanite

N° 133 M  The Mascot

  • Woodgrain @

    Le tigre N° 133 M.jpg

115 mm. Agrafe  (or) gravée logo le Tigre de face, Le Tigre, levier (or) gravé CS. Fine bague sur capuchon. Gravé sur corps : logo "3 Chats dansant THE MASCOT" * FABRICATION LE TIGRE * N° 133 M. Plume or gravée "Le Tigre"* 14 CT * 1ST QUALITY * 3

N° 133 P

Le Tigre N° 133 P.jpg

115 mm. Agrafe diamant avec logo Le Tigre. Fine bague or sur capuchon. Corps gravé "Le Tigre" avec logo couronne de lauriers entourant tête de tigre de face et N° 133 P sur la même ligne. Plume 14 CT. Source DW.

N° 135
  • Hachuré gris
  • Marbré vert/noir
  • Tiger eye

* Mercury

Mercury est une marque de stylographie belge née en 1948. Pendant les trente premières années d'existence c'est son fondateur, Louis Dammaerts qui préside aux destinées de la marque. Louis Dammaerts naît en 1919 et entre dans le monde de la stylographie par la petite porte puisque, dans l’entre-deux guerres, il travaille comme réparateur chezParker. À la fin de la seconde guerre mondiale, comme tant d’autres sans travail, il décide de créer sa propre entreprise.

Histoire de la marque

C’est ainsi que naît l’activité. Il distribue en Belgique diverses marques (Lamy, Rally, ou encore, jusqu'à fin des années 1980, l'importation exclusive Montblanc en Belgique). En parallèle à ces distributions, Louis Dammaerts, à la fois habile gestionnaire commercial et manufacturier compétent, solidement épaulé au niveau administratif par son épouse Nelly Pirotton (1920-2003), et par un technicien, Julien Daras, dessinateur à ses heures, lance Mercury. C’est ce dernier qui réalisera le premier logo Mercury, un condor en vol sous une mappemonde et un stylo.

Apparaissent les Deluxe et autres Junior. En 1954 naît aussi Claude qui s’initie au métier à ses heures libres. Il aime à évoquer les heures de gloire du Baby. Ce stylo de petite taille est vendu en milliers d’exemplaires pendant plus d’une décennie. Pendant ses vacances scolaires, c’est lui qui a mission de les assembler et de les emballer. Les composants proviennent essentiellement d’Allemagne ou encore d’Italie. Les plumes or sont produites par Degussa, orfèvre de renom de l’époque au logo évocateur d’un œil grand ouvert à la lumière. Les corps sont produits par NAGELE à Schwabisch Gmund en Allemagne.

La volonté stratégique de ses fondateurs est alors de maintenir la distribution exclusivement dans les belles papeteries spécialisées et commerces de proximité haut de gamme du pays. La marque axe sa production sur des produits de tradition moyenne gamme. Ses stylos se vendront par milliers, souvent pour en faire le cadeau de communion ou d'intention à un prix démocratique. C’est aussi sous couvert des produits Mercury que seront assemblés des instruments sous d’autres noms, ceux de revendeurs locaux par exemple comme les « Mon Bijou » de chez Deffet ou encore les « Tilkin » de la maison du même nom. Le magasin de monsieur Tilkin s'appelait « La Palette », c'est aujourd'hui encore une papeterie réputée bien connue des Montois.

Sur le terrain, c'est un représentant de grande envergure, Max Kahn, qui fera connaître la société partout dans le pays. Max Kahn débute avec Mercury vers 1947 et vendait Montblanc lorsque la S.A Dammaerts devint distributeur de cette marque. Son petit-fils nous racontera plus tard que, épicurien avant l'heure, Max se plaisait à travailler dur les lundi et mardi, le reste de la semaine devenait un moment de plaisir passion ou ses rencontres (entr'autres stylographiques) et sa famille accaparaient son temps.

Vers 1992, tout en restant quotidiennement présent dans l’entreprise, Louis Dammaerts transmet officiellement son patrimoine à son fils, Claude Dammaerts, qui poursuit la tâche sans discontinuer dans le métier.

En octobre 2002, CDS-Dammaerts, revend Mercury. Ses nouveaux propriétaires, entrepreneurs bien connus dans le monde de l'Ecriture haut de gamme, l'acquièrent afin de le porter, à moyen terme, au top qualitatif. Le premier stylo en résine acrylique tournée sort en 2004. Il est équipé d'une grande plume or 18 kts souvent proposée non gravée. Il est à chargement cartouche/converter. La volonté absolue et la stratégie de ces nouveaux propriétaires sera de fournir, à tous les vrais amateurs de stylos fonctionnels, une qualité d'écriture majeure.

Mercury se veut, avant tout, être un produit de tradition, de bon goût et indiciblement raffiné. Ses lignes pures doivent répondre aux besoins de l'acte à accomplir. Une première pièce de plus haut niveau succède aux premières créations. Son nom lugus provient, pour des raisons mythologiques de la ville de Lyon. Lors d'une rencontre avec les détaillants locaux, il fut présenté en première mondiale dans cette ville dont l'étymologie est latine mais d'origine celtique : les Romains appellent le lieu du nom latinisé d'un dieu celte nommé Lougos (proche du dieu romain Mercure) : Lyon ou Lugdunum, « le mont ou le fort de Lug ».

Ensuite et après le 175th, stylo commémorant le 175e anniversaire de la Belgique le marché verra apparaître les François de Trixhe, Union fait la force, 60 th anniversary et autres pièces de belle facture. En mai 2008, une toute petite production hyperlimitée verra le jour. Son nom "Mathis", prénom du premier petit-fils des propriétaires actuels.

La vie de cette jeune Entreprise d'Incourt (petite entité rurale du Brabant wallon) semble n'être que la naissance d'une belle histoire, presque une fable. Et pourtant, Valeria Vutera et Robert Dubois auront porté ce quatrième enfant de toutes leurs forces, trouvant (trop) souvent sur leur chemin les embuches et les difficultés de l'économie mondiale du moment. Celles-ci auraient pu les stopper net et pourtant, envers et contre tout, ils continueront à écrire de nouvelles pages d'histoire de la marque.

(Source Wikipedia. Voir aussi pour le photos http://beluxpenshow2007.e-monsite.com/pages/mercury-1948-belgian-brand.html )

*****

***

*

cliquer sur les images pour agrandir)

* Super. Vert olive.

Longueur : 132 mm. Longueur du capuchon 59 mm. Diamètre du corps : 12 mm.  Diamètre du capuchon : 13 mm. Clip gravé Mercury. Deux fines bagues sur capuchon. Réservoir transparent. Remplisssage à cartouche/converter.

Mercury Super petit.jpg


* Aero. Noir. Longueur : 130 mm. Longueur du capuchon : 61 mm (pas sur qu'il soit d'origine). DIamètre du corps : 12 mm. Diamètre du capuchon : 12,45 mm. Clip non gravé. Gravure sur corps : MERCURY AERO. Système de remplissage à poussoir. Plume gravée 14 Kt - U.S.A. (ce qui m'amène à penser qu'il existe peut-être une marque MERCURY américaine ?)

Mercury Aero.jpg

* Junior. Vert.

Longueur : 131 mm. Longueur du capuchon : 62 mm. DIamètre du corps : 10 mm. Diamètre du capuchon : 11,60 mm. Clip non gravé. Gravure sur corps : MERCURY JUNIOR. Réservoir transparent. Plume gravée MERCURY - 585 (dans un losange) - 14 Ct.  Remplissage par piston.

 Mercury Junior VErt.jpg

Mercury Junior Détails.jpg

Mercury junior plume.jpg

* Junior. Gris.

Mêmes caractéristiques que le précent. Clip gravé d'un M.

Mercury Junior gris noir.jpg

* Sans numéro. Bleu.

Longueur 132 mm. Longueur du capuchon : 62 mm. Diamètre du corps : 11,8 mm. Diamètre du capuchon : 13,5 mm. Capuchon avec une fine bague.Clip gravé MERCURY. Corps gravé MERCURY. Réservoir transparent (4 fenètres rectangulaires). Remplissage à piston. Plume (acier) gravée IRIDIUM - tête d'indien de profil - TIPPED - 3 triangles entourant un cercle. Remplissage à piston.

Mercury Bleu.jpg

Mercury bleu détails.jpg

Mercury bleu plume.jpg

* Sans numéro. Bordeaux.

Mêmes caractéristiques que le précédent mais fenêtres du réservoir plus large.

Mercury Bordeaux.jpg

* Sans numéro. Noir.


Mêmes caractéristiques que le précédent mais fenêtres du réservoir rondes.

Mercury noir.jpg

 

* Sans numéro.

Longueur : 130 mm. Longueur du capuchon : 60,5 mm. Diamètre du corps : 10,7 mm. Diamètre du capuchon : 12,5 mm. Clip acier non gravé. Gravé sur corps : MERCURY. Réservoir transparent. PLume gravée MERCURY - 585 (dans un losange) - 14 Ct.  Remplissage par piston.


Mercury 535.jpg

 

11:06 Publié dans MERCURY | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |